projets

Notre travail  est loin d’être achevé. L’association TIFAWT et l’asbl Tagast In Imawalane doivent continuer de pourvoir aux besoins de l’école et de la poulation à Ib’Dnaza .

Il reste encore pas mal de choses à faire pour l’école primaire communautaire : achever certains travaux de gabionnage et de boisement, construire un enclos pour les chèvres, construire un préau en guise de salle à manger pour protéger les enfants du soleil et du vent.

L’ installation des lampes solaires Total est en cours. En effet les classes et les dortoirs (qui servent aussi de salle d’étude) n’ont pas d’éclairage du tout. Sous les tropiques le jour dure 12h. Toute l’année il fait noir à 18h. Mais les jours de vent de sable, il fait très sombre bien avant 18h….

La création d’une aire de maraîchage va démarrer par clôturer un hectare et demi et un projet de forage est évalué.  Suite aux devis reçus  pour la clôture, l’installation est en cours de démarrage.

« La pertinence et la nécessité d’une aire maraîchère pour l’école ne sont pas à démontrer outre que ça procurerait aux élèves des légumes frais (Ce qu’ils n’ont jamais l’occasion de manger) et du fait influer positivement sur les quantités de stock de vivres scolaires à acheter chaque année, ça leur donnerait aussi une ouverture d’esprit sur la pratique des activités autres que l’élevage dont la continuité devient aléatoire d’année en année, amenant même à se questionner sur la durée de sa survie.

Elle permettrait par ailleurs de donner aux enseignants un support physique des APP (activités physiques et pratiques) ».

Il nous faut continuer à soutenir l’école primaire communautaire et aider les enfants qui suivent dès à présent le secondaire au collège.
Certains collégiens sont au bourg le plus proche (Tanout, 90 km). Ils sont logés en famille, car il n’y a pas d’internat à Tanout. D’autres enfants suivent leurs études au Collège de Zinder (à 300 km au sud) parce que c’est à Zinder qu’un ami a accepté de veiller sur eux. Leurs familles étant bien trop pauvres pour pouvoir assumer les frais d’inscription et de logement.

Chaque année d’autres enfants seront diplômés en fin de primaire, c’est pourquoi Tagast doit absolument développer le parrainage collectif que nous avons mis en place début 2015.